Paysages engloutis & Plateaux "Ipséïté"

Design Culinaire
Médiation complète

Pour cette médiation, nous avons fait le choix de proposer une lecture conjointe de la gastronomie et des arts de la table. Cela nous semblait intéressant compte tenu de la dimension globale de nos perceptions lors d’une dégustation. 

 

Commençons dans un premier temps par le lien direct établi entre la gastronomie et liant de cette exposition : le design culinaire. Ce champ du design propose une alliance entre deux domaines, tout en s’immisçant dans de nombreuses autres questions connexes. Il tend à croiser les pratiques, savoir-faires, méthodologies proposant une autre vision de ces deux univers et repoussant les limites des deux disciplines par une reformulation de leurs questionnements. 

 

Cela étant dit, nous pouvons en présenter un exemple, celui des chocolatexture conçu en 2015 par Nendo dans le cadre du Salon Maison et Objet. Celui-ci propose à partir d’une seule recette plusieurs formes impactant notre perception du goût. 

 

En s’appuyant sur le même principe, Jinhyun Jeon dans son projet Tableware, convoque une multitude de formes pour offrir à ses couverts la possibilité de modifier notre perception des saveurs. La stimulation sensorielle qu’ils impliquent se base sur un principe de synesthésie des sens. Ainsi, la conception de l’art de la table vient jouer un rôle dans la dégustation. 

 

La vue est depuis longtemps associée par les chefs au goût, couleurs, formes et textures nous renvoient des perceptions et sensations qui auront un impact sur notre manière d’appréhender la nourriture. Aussi les arts de la table jouent un rôle essentiel dans notre perception du monde culinaire. Ils peuvent également avoir un rôle de rituel à l’instar de la cérémonie du thé, ou du service de certains plats dans des restaurants gastronomiques. 

 

Ainsi qu’il s’agisse de projet en design culinaire ou d’art de la table, les deux disciplines s’intéressent à la manière dont nous vivons l’instant de dégustation, à la perception qui s’en dégage, et aux plaisirs visuels, gustatifs, olfactifs et tactile voire même auditifs. Elles se questionnent sur le temps occupé par les repas, sur notre comportement lors de ces derniers et bien évidemment sur le plaisir qu’il nous procure. 

 

Mais les questions de présentation se croisent aussi aux questions de conservation, comme c’est le cas de nombreux projets comme Fresh de Normal Studio ou Local River de Mathieu Lehanneur. Entre également en jeu les questions liées directement au goût impliquant des changements drastiques des formes utilisées dans l’art de la table, comme c’est par exemple le cas avec le champagne, qui est passé de la coupe à la flûte et aujourd’hui nombreux sont ceux recommandant les verres à vin. Avec les questions d’usages, voire même de packaging, comme c’est le cas des projets de Octave de Gaule dans lesquels il a réalisé une bouteille de vin et une bouteille de champagne destinées à être utilisées dans l’espace et notamment en apesanteur.

 

En somme, une belle synthèse de l'art de l'artisanat et du design pour des projets qui mettent l'eau à la bouche. 

Présentation complète du projet

Projet de design culinaire mené par: 

Hugo Karine et Claire Delville 

Sur une intallation de Raphaël Barrois

En collaboration avec la Galerie des Curiosités et son co-commissaire d’exposition Lucas Rochet

 

Les formes choisies pour ce projet, incarnent l’impact de l’humain sur son environnement. Véritable bâtisseur, il construit pour vivre seul ou en communauté, pour travailler, chérir et grandir souvent au détriment du vivant. 

 

Ces Paysages engloutis disposés sur des plateaux issus de installation « Ipséïté » de l’artiste Raphaël Barrois, donnent l’impression d’une nature dévastée, dégradant aussi notre environnement bâti. 

 Chaque bouchée propose un regard particulier sur nos actions. Quelques fragments de colonnes antiques renvoient à des civilisations éteintes, tandis que des igloos semblent fondre accompagnant la montées des eaux. Des roches sous formes de digues se voient substituées à leur fonction d’origine créant un paradoxe dans notre comportement. La digue conçue pour lutter contre les eaux se voit alors diminuée par notre gourmandise.

 

Ainsi le discours formel du projet s’accompagne d’une proposition culinaire en adéquation avec cet état de fait.  L’ impact écologique concerne la façon dont nous vivons et consommons. Manger local est aujourd’hui devenu essentiel afin de préserver notre environnement. Le projet propose ainsi une alternative aux aliments exotiques. En les dégustant, ces mets sucrés vous donneront l’impression de voyager dans des contrées lointaines. Il n’en n’est rien ! Tous les produits utilisés sont français. Sauge ananas, cacahuètes de Soustons… proposant une alternative à l’importation tout en profitant des saveurs exotiques et pourtant bien locales.

Biographie 

Claire Delville est une jeune designeur formé à l’école boulle et à l’ENSCI -Les Ateliers à Paris. Tout juste diplômée elle monte son studio et commence à y développer ses premiers projets dans une démarche pluridisciplinaire. 

Hugo Karine est un jeune patissier Bordelais, déjà récompensé pour son travail. Après avoir travaillé au Lutecia il a aujourd’hui intégré l’équipe du Ritz à Paris. Sa proposition pour la Biennale est donc sa toute première expérience dans le monde du design. 

.